Wednesday, 29 June 2011

Vues D'Afriques 2011


From July 15 - 17 Juillet 2011at / au Theatre de la Verdure http://www.vuesdafrique.org/arts-de-la-scene/
Bring your friends and family and discover African culture. Emmene vos amis et votre famille pour decouvrir la Culture Africaine.
A concert and a film every night/ Un concert plus un film a chaque soir.
Posted by Picasa

Briefly the programing is / Brevement le programmation est:
    15)   (concert/film)     - Maloukai/Voyage a Alger
     16)                            -Zekuhl/Kinshasa Symphony
17)                     -Mamouri/Julia and/ et Romeo
chaque long-métrage,sera precede par 7 courts-métrages issu du concours 100H Chrono 2011.
Each feature film will be preceded by 7 short films produced by 100H Chrono 2011 contest.

The Tree / L’Arbre by / par Julie Bertuccelli

The following was presented as part of  / Le suivent a ete present dans le cadre de Cinemagique (Cinema du Parc May 23rd 23 Mai 2011)
This riveting social drama explores how within families, each member approaches bereavement differently especially after a loved one dies unexpectedly. Dawn (Charlotte Gainsbourg) and Peter (Aden Young) O’Neil have been happily married for 15 years. The O’Neil’s with their three sons: Tim, Lou and Charles and one daughter, eight-year-old Simone (Morgan Davies), live on a sprawling plot in rural New South Wales, Australia. Next to the house is a huge fig tree where the children love to play.
Simone and her best friend Megan Lu are playing under the railroad bridge. Her father arrives and admonishes Simone that it is dangerous to play there. She says she is sorry and that she will not do it again. Upon arriving home, Peter has a fatal heart attack and crashes into the fig tree.
Dawn is devastated by the loss of her husband and the father of her children. She expresses her grief by neglecting her household. One day, Simone tells her mother that her father’s spirit resides in the tree and talks to her. This forms a bond between mother and daughter as Dawn begins to believe as well.
The tree’s roots begin to cause problems for the house.  Dawn visits a plumber, named George (Marton Csokas) who comes to try and fix the problem. As the two become closer, Simone’s new found bond with her mother is threatened.
The tree’s roots continue to threaten the family home and forces Dawn to make a difficult decision. Does she cut down the tree in order to save the homestead or uproot the family?
Well acted with newcomer Morgan Davies showing much promise. The beauty and majesty of the Australian landscape effectively captured. The paranormal aspect of the film was slightly underplayed.

 Ce drame social rivetage explore comment au sein des familles, chaque membre approche leur deuil différemment surtout après qu’un proche  meurt de façon inattendue. Dawn (Charlotte Gainsbourg) et Peter (Aden Young) O’Neil ont été mariés depuis 15 ans. Les O’Neil avec leurs trois fils: Tim, Lou et Charles et une fille, âgée de huit ans Simone (Morgan Davies), vivent sur un terrain vaste en milieu rural de la Nouvelle-Galles du Sud, en Australie. À côté de la maison est un énorme figuier, où les enfants aiment jouer.
Simone et sa meilleure amie, Megan Lu jouent sous le pont ferroviaire. Son père arrive et avertit Simone qu'il est dangereux de jouer là-bas. Elle dit qu'elle est désolée, qu’elle ne sera pas à le refaire. En arrivant à la maison, Peter a un infarctus fatal et s'embouti dan le figuier.
Dawn est dévastée par la perte de son mari et le père de ses enfants. Elle exprime son chagrin en négligeant son ménage. Un jour, Simone raconte à sa mère que l'esprit de son père réside dans l'arbre et lui parle. Cela forme une liaison entre mère et fille dont Dawn commence à croire de même.  Les racines de l'arbre commencent à causer des problèmes pour la maison.  Dawn visites un plombier, nommé George (Marton Csokas) qui vient d’essayer de résoudre le problème. Comme les deux se rapprochent, Simone estime que son lien  nouvellement découverte avec sa mère est menacée.
 Les racines de l'arbre continuent de menacer la maison familiale et forces Dawn à prendre une décision difficile. Est-ce qu’elle abattre l'arbre afin de sauver la propriété  familial ou de déraciner la famille?
Bien joue avec le nouveau venu Morgan Davies montrant beaucoup de promesses. La beauté et la majesté des paysages Australiens effectivement capturé. L'aspect paranormal du film a été légèrement minimisé.

Saturday, 25 June 2011

The Over the Hill Band / Les Files / Meisjes by / par Geoffrey Enthoven

Seventy-year-old Claire and her husband Jean are on their way to some event. She wants to get there before evening. During a heated argument, Jean slumps over the steering wheel. He has died of a heart attack.
Her two sons, Michel and Sid are at the funeral. Michel is a successful businessman, married with children. Sid is a struggling rap-artist hoping for his big break.
She reunites at the funeral with two high-school friends Lut and Mavda, with whom she was in a band called “The Sisters of Love.” She wants Sid to help her and her friends perform again. He agrees but they have to sing along to his melodies. When Claire is given bad medical news, she becomes more determined than ever to pull this off.
The personality profile of the major characters was inconsistent. Certain narrative lines adversely affected the overall flow.

 Claire âgée de soixante-dix ans, et son mari Jean sont sur le chemin pour un événement. Elle veut y arriver avant la soirée. Lors d’une dispute, Jean s’effondre sur le volant. Il est décédé d'une crise cardiaque.
Ses deux fils, Michel et Sid sont à l’enterrement. Michel est un homme d'affaires réussie, marié avec des enfants. Sid est une artiste de rap qui lutte en espérant sa grande chance.
Elle réunît à l'enterrement avec deux amis de lycée Lut et Mavda, avec qui elle était dans un groupe appelé «The Sisters of Love». Elle veut que Sid l’aide elle et ses amis de chanter à nouveau. Il est d'accord, mais ils ont à chanter sur ses mélodies. Lorsque Claire est donnée de mauvaises nouvelles médicales, elle devient plus déterminée que jamais à retire ceci.
Le profil de personnalité des personnages principaux était inconsistant. Certaines lignes narratives a affectée le déroulement général.

Thursday, 23 June 2011

2nd Annual Yiddish Theatre Festival B / 2e Festival annuel de Théâtre Yiddish B


June 13th – 2nd 2011 / du 13 au 22 Juin 2011

Updated November 9th 2011: links added at end. / Mise à jour 9 novembre 2011 : liens ajoutés a la fin.

 {Last update: June 23rd  2011 / Dernière mise-a-jour: 23 Juin 2011}
{See also posting June 10th / Voir aussi l’attestation 10 Juin “Segal Center and / et Dora Wasserman present / présente}
{part/ partie 1 16th June /juin}
Chronicle of events seen / Chronique d'événements vu:

June 16 / 16 Juin 2011
8pm (film)
“Tevye”, drama, United States 1939, Maurice Schwarz
This enduring adaptation of Sholem Aleichem (1859-1916) classic play is about a pious Jewish Ukrainian milkman dealing with his daughter’s marriage to a Ukrainian peasant.

20h (film)
«Tevye», drame, États-Unis 1939, Maurice Schwarz cette adaptation durable du pièce de  théâtre classique de Sholem Aleichem (1859-1916) centrée sur un laitier pieuse d’origine Juive Ukrainienne portant sur le mariage de sa fille avec un paysan Ukrainien.

10pm (klezkabaret) (nightly event)
I stayed 20m to hear exciting rhythms from Montreal Yiddish / Klezmer band “Magillah” led by accordionist-arranger Henri Oppenheim and features Michelle Heisler as lead singer.
22h (klezkabaret) (événement nocturne)
J’ai  est resté 20m pour entendre des rythmes passionnantes Yiddish  / Klezmer du groupe Montréalais «Magillah», dirigée par Henri Oppenheim accordéoniste-arrangeur et met en vedette Michelle Heisler comme chanteuse.

June 17th / 17 Juin 2011

 5pm (theatre)
“Lansky the Jewish Mafiosi” presented by Yiddishpiel – The Yiddish Theatre in Israel
Monodrama starring Yaacov Bodo as Jewish Mafia Don, Meyer Lansky (1902-1983) who along with Charles ‘Lucky’ Luciano and Bugsy Siegel ruled the streets of New York City during the prohibition era. Recounting his life the play centers on Lansky’s efforts to attain Israeli citizenship through ‘The Law of Return’ in the early 1970s. Well performed drama with the right balance of humour.

17h (théâtre)
 «Lansky le Mafiosi Juif» présenté par Yiddishpiel – le Théâtre Yiddish en Israël
Monodrame mettant en vedette Yaacov Bodo comme juif Mafia Don, Meyer Lansky (1902-1983) qui, avec Charles «Lucky» Luciano et Bugsy Siegel, a domine les rues de la ville de New York à l'époque de la prohibition. En racontant sa vie, la pièce est centrée sur les efforts de Lansky pour atteindre la citoyenneté Israélienne grâce à 'La loi du retour' dans les années 1970. Drame bien réalisé avec le bon l'équilibre de l'humour.



June 19th / 19 Juin 2011

 7pm (concert)
“Woumble/Farbrengen: Celebration and Survival through Culture” presented by Honey A. Drescher, Canada
Despite some flaws this was a wonderful evening of celebration of the common threads between Jewish and Haitian cultures; a three movement work: Mystery, Memory and Celebration, consisting of music, songs, poetry, dance and theatre.

19h (concert)
 «Woumble/Farbrenguen: Célébration et Survie Grâce à Culture» présenté par Honey A. Drescher, Canada
Malgré certains défauts, ce spectacle ce fut d’une merveilleuse soirée de célébration des points communs entre les cultures Juives et Haïtiennes; un œuvre en trois mouvements: Mystère, la Mémoire et Célébration, composé de musique, de chansons, de poèmes, de danse et de théâtre.

June 20th / 20 June 2011

 8pm (theatre)
“The Megillah of Itzik Manger” presented by Yiddishpiel – The Yiddish Theatre in Israel, directed by Itzhak Shauli.
(performances continue until July 3rd: http://www.segalcentre.org/en/segal_theatre)
Radical retelling of the Biblical tale of Queen Esther’s who, along with her Uncle Mordechai, thwarted Haman’s plot to eliminate the Jews based on a book by poet and writer Itzik Manger (1901-1969). Brilliantly blended mix of humour and music.

20h (théâtre)
 «Le Megillah de Itzik Manger» présenté par Yiddishpiel – le Théâtre Yiddish en Israël, réalisé par Itzhak Shauli.
(spectacles continuent jusqu'au 3 Juillet: http://www.segalcentre.org/fr/segal_theatre)
Récit radical de l'histoire Biblique de la Reine  Esther qui, avec son oncle Mordechai, a contrecarré le complot de Haman d'éliminer les Juifs basé sur un livre par le poète et écrivain Itzik Manger (1901-1969). Mélange avec brio d'humour et de la musique.

June 21st / 21 Juin 2011

8pm (film)
“Mending the Torn Curtain”, documentary, Canada 2011, Raphael Levy / Ben Gonshor
A chronicle of a significant historical event in the history of Yiddish Culture and a tribute to Dora Wasserman (1919 – 2003). The creation of the first edition of The Montreal International Yiddish Festival in June of 2009, led by daughter Bryna to honour the 50th anniversary of The Dora Wasserman Yiddish Theatre.

20h (film)
«Réparait le Rideau Déchiré», documentaire, Canada 2011, Raphael Levy / Ben Gonshor
Une chronique d'un événement historique et significative dans l'histoire de la Culture Yiddish et un hommage à Dora Wasserman (1919-2003). La création de la première édition du Festival Montréal International Yiddish en Juin 2009, dirigé par sa fille Bryna pour honorer le 50e anniversaire du Théâtre Yiddish de Dora Wasserman.

Links to 2nd Annual Yiddish Theatre Festival postings / Liens vers les attestations pour le 2e Festival annuel du Théâtre Yiddish
http://smrcultureplus.blogspot.com/2011/06/segal-center-and-dora-wassermanpresent.html
http://smrcultureplus.blogspot.com/2011/06/2nd-annual-yiddish-theatre-festival-2e.html
http://smrcultureplus.blogspot.com/2011/11/tevye-1939-by-par-maurice-schwarz-1890.html


Monday, 20 June 2011

Biutiful by / par Alejandro González Iñárritu

Four years after his international hit “Babel”, Alejandro González Iñárritu (Amores Perros, 21 Grams) returns with “Biutiful”, a social drama that is much closer to home.
Xavier Bardem gives an intense performance as Uxbal, a shady businessman and a devoted father of two. His estranged wife, Marambra (Maricel Álvarez) is bipolar and this has alienated the children from her. Uxbal is also a man whose days are numbered. When he is diagnosed with a terminal disease, his underlying conflicts rise to the surface.
His ‘work’ entails supplying immigrant workers (cheap labour) for sweat-factories or construction sites. His ethical standards cause him to try and ensure that they live in safe and sound environments. When the current group meets a fateful ending, Uxbal has a difficult time in reconciling the two.
Xavier Bardem’s performance carries the film from start to finish. The style of the film is basically circular – the end joins the beginning.

 Quatre ans après son succès international «Babel», Alejandro González Iñárritu (Amores Perros, 21 Grammes) revient avec « Biutiful », un drame social qui est beaucoup plus proche d'accueil.
Xavier Bardem donne une performance intense comme Uxbal, un homme d'affaires louche et un père de famille dévoué de deux. Son épouse séparée, Marambra (Maricel Álvarez) est bipolaire et cela a aliéné les enfants d'elle. Uxbal est également un homme dont ses jours sont numérotés. Quand il est diagnostiqué avec une maladie terminale, ses conflits sous-jacents remontent à la surface.
Son «travail» consiste à fournir des travailleurs immigrés (main-d’œuvre bon marché) pour les usines de la sueur ou les chantiers de construction. Ses normes éthiques lui cause d’essayer de s’assurer qu'ils vivent dans des environnements sain et sauf. Lorsque le groupe actuel répond à une fin fatale,  Uxbal a une période difficile de concilier les deux.
La performance de Xavier Bardem porte le film du début à la fin. Le style du film est fondamentalement circulaire – la fin se rejoint au début.




Sunday, 19 June 2011

Mighty Jerome / Le Grand Jérôme by / par Charles Officer


This feature-length documentary gives a stylish portrayal of one of Canada’s greatest athletes, sprinter Harry Jerome (1940 – 1982). Jerome began his rise to stardom in the world of track and field when in 1960, he actually broke the world record for the 100-metre sprint at 9.9 seconds but the officials rounded it up to 10.0. He went on to match or break many world records including the 100 yard and 100 metre sprint concurrently. This is despite suffering a severe leg injury suffered at the Perth Commonwealth games in 1962. Doctors believed he would never walk again but with his determination he defied all odds. He retired from athletics in 1969.
Much of the writing was hard to read.

Ce documentaire long-métrage donnant une représentation élégante de l'un des plus grands athlètes du Canada, le sprinter Harry Jérôme (1940-1982). Jérôme a commencé son ascension vers la célébrité dans le monde de l'athlétisme lorsqu'en 1960, il battre effectivement le record du monde pour le sprint de 100 mètres à 9,9 secondes, mais les fonctionnaires l'arrondis jusqu'à 10.0. Il a ensuite pour égaler ou battre de nombreux records du monde y compris les 100 verges et 100 mètres sprint simultanément. C'est bien que souffrant d'une blessure à la jambe graves subie aux Jeux du Commonwealth de Perth en 1962. Les médecins croyaient qu'il ne marcherait jamais encore une fois, mais avec sa détermination, il défie toute attente. En 1969, il se retire de l'athlétisme.
Une grande partie de l'écriture etai difficile à lire.

Friday, 17 June 2011

Midnight in Paris / Minuit à Paris by / par Woody Allen

47th feature film by 76-year-old Woody Allen is his fantasy love letter to Paris and questions when were her golden years? An enjoyable and entertaining film though it contained many flaws, evidently shows that director has not entirely lost his touch. Containing the right balance of his neurosis, we are essentially given a Parisian travelogue along a history of artistic and cultural expression in this, “the City of Lights.”
Gil (Owen Wilson) Pender and Ines (Rachel McAdams) are engaged to be married. They are in Paris with her parents John (Kurt Fuller) and Wendy (Mimi Kennedy). John is there on a business trip. Gil loves Paris, especially when it rains and is nostalgic for the 1920s. He is currently a pulp fiction screenwriter and he is struggling to complete his first novel. He is dissatisfied with his success as a Hollywood screenwriter.
While they are dining with Ines’s parents, they encounter a couple with whom they were acquainted.Ines agrees to go out drinking with them but Gil prefers to go back to the hotel.  On his way back to his hotel, a group of strangers invite him to accompany them. He does so and ends up in a local bar. He is taken aback by those who are frequenting the place. All are literary icons and artists from his ‘golden era’ the 1920s. They end up helping him with his novel and his life.
Yet some of the characters Gil meets feel that ‘La Belle Époque (1890s)’ is the ‘Golden Era’ thus strongly suggesting the feeling that the past was better than the present is a constant of humanity. It is based on a romantic conceptualisation of that particular ‘Golden Era’.

47e long métrage Woody Allen, de 76 ans, est son lettre d'amour fantaisie pour Paris et questionne quand étaient ses années d'or ? Un film agréable et divertissant bien qu'elle contienne de nombreux de défauts montre à l’évidence que le réalisateur n'a pas entièrement perdu sa touche. Contenant le bon équilibre de sa névrose,  nous sommes essentiellement données un récit de voyage Parisienne le long d'une histoire d'expression artistique et culturelle dans ceci, «la ville des lumières».
Gil (Owen Wilson) Pender et Ines (Rachel McAdams) sont fiancés. Ils sont à Paris avec les parents, John (Kurt Fuller) et Wendy (Mimi Kennedy) d’Ines. John est là sur un voyage d'affaires. Gil aime Paris, surtout quand il pleut et est nostalgique pour les années 1920. Il est actuellement un scénariste de fiction de pulpe, et il a du mal à terminer son premier roman. Il n'est pas satisfait avec son succès comme scénariste Hollywoodien.
Alors qu'ils sont dans une salle à manger avec les parents d’Ines, ils rencontrent un couple avec lesquels ils connaissaient déjà. Ines accepte d'aller boire avec eux mais Gil préfère de retourne à l’hôtel.  Sur son chemin de retour à son hôtel, un groupe d'étrangers l'invite à les accompagner. Il le fait et il se retrouve dans un bar du coin. Il est décontenancé par ceux qui fréquentent les lieux. Tous sont des icônes littéraires et artistes de son «L’Époque Dorée» les années 1920. Ils finissent par lui aider avec son roman et de sa vie.
Pourtant certains caractères que Gil rencontre estiment que «La Belle Époque (années 1890)» est le «L’Époque Dorée» qui suggère  fortement que le sentiment que le passé était meilleur que le présent est une constante de l'humanité. Il est basé sur une conceptualisation romantique de ce «Époque Dorée» particulier.

Thursday, 16 June 2011

2nd Annual Yiddish Theatre Festival A / 2e Festival annuel de Théâtre Yiddish A

June 13th – 2nd 2011 / du 13 au 22 Juin 2011
 Updated November 9th 2011: links added at end. / Mise à jour 9 novembre 2011 : liens ajoutés a la fin.

 Chronicle of events seen / Chronique d'événements vu:

June 13th (opening day) / 13 Juin (jour d'ouverture):

1pm (film)
“Romeo and Juliet in Yiddish” comedy, United States 2010, Eve Annenburg
An ER nurse, in order to make much needed money, is commissioned to put on a modern day Yiddish version of Shakespeare’s classic.

13h (film)
«Roméo et Juliette en Yiddish» comédie, États-Unis2010, Eve Annenburg
Une  infirmière ER, afin de gagner de l'argent nécessaire, est chargée de monte une version de Yiddish moderne de ce classique de Shakespeare.

3pm (concert)
“Soul to Soul” presented by The National Yiddish Theatre – Folksbienne, United States
Two cultures, Yiddish and African American, meet in this celebration created by Artistic Director and pianist Zalmen Mlotek with special guests Cantor Magda Fishman (also played trumpet), Elmore James (Broadway and opera stage veteran) and Tony Perry (N.Y. singer actor) singing a wide selection of songs in Yiddish.
Zalman Mlotek

15 h (concert)
 «Soul to Soul » présenté par le Théâtre National de Yiddish – Folksbienne, États-Unis
Deux cultures, Yiddish et Afro-Américaine, se réunissent à cette célébration créée par le directeur artistique et le pianiste Zalmen Mlotek avec des invités spéciaux Cantor Magda Fishman (également elle joué le trompette), Elmore James (vétéran  de Broadway et de l’opéra) et Tony Perry (acteur chanteur de N.Y.) chantant une vaste sélection de chansons en Yiddish.

June 14th / 14 Juin

8pm (theatre)
“The Wise Men of Chelm” written by Moshe Gershensohn / directed by Dan Tudor / presented by The State Jewish Theatre of Bucharest, Romania,
A farce that gives tribute to the endurance of East European folklore.
The counsel of ‘wise men’ ponder and scheme to try and prevent the town’s fool from having children. Begs the question who is really the ‘wise’ and who is the ‘fool.’
20h (théâtre)
«Les Sages de Chelm » écrit par Moshe Gershensohn, réalisé par Dan Tudor / présenté par Théâtre de l'État Juif a Bucarest, Roumanie,
 Une farce qui donne, hommage à l'endurance du folklore des pays d’Europe de l’Est.
Le conseil des «sages» réfléchir et conspire de prévenir le fou de la ville d'avoir des enfants. Pose la question qui est vraiment le «sage» et qui est le «fou.»

June 15th / 15 Juin

4pm (film)
“Purim, the Tunnels of Remembrance” Documentary, France 2010, Mariette Feltin
We follow as Israeli dramaturge David Maayan prepares his Purimspil
(http://www.haaretz.com/a-pigs-opera-1.272973)
which is set in tunnels dug by the prisoners of the Mauthausen Concentration camp.
Related article: “An Overview of the Book of Esther (posted February 27th 2011 -- http://smrsancientandbiblicaltudies.blogspot.com/2011/02/overview-of-book-of-esther.html

16h (film)
«Purim, les Tunnels du Souvenir» documentaire, France 2010, Mariette Feltin nous suivre comme dramaturge israélien David Maayan prépare son Purimspil
(http://www.haaretz.com/a-pigs-opera-1.272973),
qui est définie dans les tunnels creusés par les prisonniers du camp de Concentration de Mauthausen. Article liée: « An Overview of the Book of Esther (attesté le 27 Février 2011--http://smrsancientandbiblicaltudies.blogspot.com/2011/02/overview-of-book-of-esther.html

8pm (theatre)
“The Lottery” written by Sholem Aleichem, directed by Charlotte Messer, presented by Troïm-Teater of the Paris Yiddish Center Medem Library
Delightful comedy answering the question: Does winning the grand prize in the lottery really change you? A humble tailor, heavily in debt wins the lottery going from abject poverty to wealth and back down again.

20h(théâtre)
« La Loterie » écrit par Sholem Aleichem, réalisé par Charlotte Messer, présenté par Troïm-Teater Théâtre Yiddish de Paris Bibliothèque Medem
Comédie délicieux qui répond à la question : Gagner le grand prix de la loterie est que ca nous change vraiment? Un tailleur humble, lourdement en dette, gagne la loterie sortant de misère, devient riche et retourne.

{continued on part B / Continue partie B}

Links to 2nd Annual Yiddish Theatre Festival postings / Liens vers les attestations pour le 2e Festival annuel du Théâtre Yiddish

http://smrcultureplus.blogspot.com/2011/06/2nd-annual-yiddish-theatre-festival-b.html
http://smrcultureplus.blogspot.com/2011/11/tevye-1939-by-par-maurice-schwarz-1890.html

 








Wednesday, 15 June 2011

Gerry par / by Alain Desrocher

Gérald (Gerry) Boulet (1946-1990) était l'un des membres fondateurs du groupe rock Québécois innovante, Offenbach (1969-1985). Le 3 Avril 1980, Offenbach est devenu le premier groupe Québécois à jouer dans l'ancien Forum de Montréal situé au coin d’Atwater et Sainte-Catherine. Le groupe a joué leur ‘concert d’adieu’  au même lieu en 1985 est aussi au Colisée de Québec. Cette biographie bien fait deviendra certainement un classique instantané et dans mon esprit, le film Québécois ‘numéro un’ de tous temps. Un casting excellent et le rôle principal joué à la perfection par Mario Saint-Amand.
 Il s'agit d'un document important qui va frapper de nombreuses cordes sensibles avec ceux qui ont grandi avec le rock Québécois des années 70. Pour de nombreux Québécois, la voix de Gerry Boulet  et ses  paroles était l'expression d'une génération, essentiellement le cœur et l'âme.
Le film retrace la vie de Gerry Boulet dès sa jeunesse, quand, avec son frère, Denis, il se faufiler dans l'église pour jouer de l'orgue est termine avec son décès prématuré d’un cancer du côlon le 18 juillet 1990. Contient de nombreuses scènes mémorables et parmi les plus touchantes étant:
À la mort de son père, il fait une impétration émouvante  de «Sweet Georgia Brown» et juste avant sa mort, il ferme le couvercle du piano et il dit «Je suis fini.»

 Gérald (Gerry) Boulet (1946-1990) was one of the founding members of the innovative Quebec rock group, Offenbach (1969-1985). On April 3rd 1980, Offenbach became the first Quebecois group to perform in the old Montreal Forum located on the corner of Atwater and St Catherine. The band performed their farewell show there in 1985 as well as at the Colisée de Québec.
This well made biopic will definitely become an instant classic and in my mind the number one Quebec film of all time. Excellent ensemble cast and the leading role played to perfection by Mario Saint-Amand.
This is an important document that will strike many emotional chords with those who grew up with Quebec rock of the 70s. For many Quebecois, Gerry Boulet’s voice and lyrics is an expression of a generation, in essence the heart and soul.
The film traces the life of Gerry Boulet from his youth when, with his brother Denis, he would sneak into the church to play the organ until his untimely death from colon cancer on July 18th 1990. Contains many memorable scenes and among the most touching being:
At the death of his father, he does a soulful rendition of “Sweet Georgia Brown” and just before his death; he closes the piano cover and says “I’m finished.”






Tuesday, 14 June 2011

Good Neighbours / Chers Voisins by / par Jacob Tierney

This twisted dark comedy thriller is the latest from the director and is set in the winter of 1995 with the October referendum as the starting point. Victor (Jay Baruchel) has just moved back into Montreal (specifically NDG) from China. He is an elementary school teacher. He takes the apartment on the 4th floor and it is quite obvious that he desperately craves human contact. The central focuses of this become Louise (Emily Hampshire), who is just below him and Spencer (Scott Speedman), just below Louise.
Louise works as a waitress in a Chinese restaurant; owns two cats (Mozart and Tia Maria) and apart from giving the newspaper to Spencer, she tends to keep to herself. Months earlier, Spencer had a tragic accident whereby his wife died and he became wheelchair bound. His apartment contained a large number of aquariums.
Valérie Langlois (Anne-Marie Cadieux), their acerbic neighbour drinks constantly, yells out her window and despises Louise’s cats. Building manager, Madam Gauthier (Micheline Lanctôt) loves to gossip with Miss Van Ilen (Diane D’Aquila), Spencer’s physiotherapist.
Meanwhile a serial killer has been stalking the neighbourhood. Louise has a bizarre fascination with this. When her colleague at work becomes the latest victim, Louise begins to think of vengeance.
Detectives Brandt (Gary Farmer) and Bilodeau (Pat Kiely) are assigned to investigate the case which greatly heats up when Valérie Langlois is found dead in her apartment. Is this a case of ‘whodunit’ or ‘whosgonnannagetit’?
Filled with many twists and turns, this locally bred film (many familiar sites) is set to rival Hitchcock and Polanski. Excellent chemistry from the three leads and fully complimented by those of the supporting roles. With this, his third feature (Twist, The Trotsky); Jacob Tierney earns himself a place among Quebec film makers.

Cette comédie noire à suspense tordu est le dernier du réalisateur et se déroule en l'hiver 1995 avec le référendum d'Octobre comme le point de départ. Victor (Jay Baruchel) vient de déménager de la chine et il est de retour à Montréal (spécifiquement NDG). Il est un professeur de l'école primaire. Il prend l'appartement au 4ème étage, et il est bien évident qu'il cherche désespérément le contact humain. Le centre de ceci est axes sur Louise (Emily Hampshire), qui est juste en dessous de lui et Spencer (Scott Speedman), juste en dessous de Louise.
Louise travaille comme serveuse dans un restaurant Chinois. Elle possède deux chats (Mozart et Tia Maria) et appart de donner le journal à Spencer, qu’elle a tendance à s’en tenir à elle-même. Quelque mois plus tôt, Spencer a eu un accident tragique selon laquelle son épouse est décédée et il est maintenant en fauteuil roulant. Son appartement contenait un grand nombre d'aquariums. 
Valérie Langlois (Anne-Marie Cadieux), leur voisine acerbe qui consomme constamment; elle crie par sa fenêtre et méprise les chats de Louise. Gestionnaire de l'immeuble, Madame Gauthier (Micheline Lanctôt) aime à bavarder avec Miss Van Ilen (Diane D'Aquila), le physiothérapeute de Spencer.
Pendent ce temps un tueur en série avait commencé à traquer le quartier. Louise a une étrange fascination avec. Lorsque son collègue de travail devient la dernière victime, Louise commence à penser de vengeance.
Les détectives Brandt (Gary Farmer) et Bilodeau (Pat Kiely) sont engagé  pour faire l’enquête sur cette affaire qui réchauffe énormément lorsque Valérie Langlois est retrouvé mort dans son appartement. Est-ce un cas de «whodunit » ou «whosgonnannagetit»?
Remplis de nombreuses tours et détours, ce film d`origine locale (de nombreux sites familiers) est fixé pour rivaliser avec Hitchcock et Polanski. Excellente chimie entre les trois principaux et entièrement complétée par ceux dans les rôles de soutiens.  Avec ceci, son troisième long métrage (Twist, The Trotsky); Jacob Tierney se gagne une place parmi les meilleurs cinéastes Québécois.




Sunday, 12 June 2011

The First Grader by / par Justin Chadwick

This heart-wrenching powerful drama that is based on true events, talks about the notion that all are entitled to an education. In 2003, the Kenyan government announces that all of its citizens are entitled to a free education.
When 84-year-old Kimani Ng’ang’a Maruge (Oliver Musila Litondo) (http://en.wikipedia.org/wiki/KimaniMaruge) hears this, he goes to the school desiring to learn how to read. He is met by Jane Obinchu (Naomie Harris), the school’s principal. Her colleague Alfred (Alfred Munya) tells him that he needs pencils and an exercise book.
Maruge returns the next day only to be told that the school already has too many pupils and that he needs to have a school uniform.  When Jane tells her husband Charles (Tony Kgoroge), who works for the government in Nairobi, he advises her to be cautious.
The next day, as Jane has just hung up from a frustrating call with Mr Kipruto (Vusi Kunene), Maruge reappears in an improvised uniform. Jane is so moved by Maruge’s persistence that she invites him to sit in class. When Maruge tells her that his eyesight is not good, Jane places him in the front. Maruge and the children immediately connect.
Maruge is attentive but the slightest thing can trigger painful memories of his struggle along with the Mau Mau who resisted British rule in 1953. When Alfred scolds him for not sharpening his pencil, Maruge has a breakdown when he recalls a traumatic incident that occurred during his imprisonment.
Meanwhile resentment, controversy and publicity increase. Jane is accused of many terrible things including that she is capitalizing on Maruge’s free publicity. Jane soon learns that she is being transferred to another school which is 300 miles away.
When her replacement arrives the children reject her and she leaves. Meanwhile Maruge travels to Nairobi to confront the Ministry of Education. To get Jane reinstated and to confirm his right to be educated, he shows the board his scars he still has from his being tortured by the British.
Maruge is in the Guinness Book of Records for being the oldest person to go to primary school and has spoken at the United Nations.  He died in 2009.

 Ce drame déchirant et puissant, basé sur des faits réels, parle de la notion que tous ont le droit à une éducation. En 2003, le gouvernement Kenyan annonce que tous ses citoyens ont droit à une éducation gratuite.  Alors quand Kimani Ng'ang'a Maruge (Oliver Musila Litondo) (http://fr.wikipedia.org/wiki/KimaniMaruge),  âgé de 84 ans, entend cela, il va à l'école désirant d'apprendre à lire. Il est accueilli par Jane Obinchu (Naomie Harris), la directrice de l’école. Son collègue Alfred (Alfred Munya) lui a dit qu'il a besoin des crayons et un cahier d'exercices.
 Maruge retourne le lendemain pour se faire dire que l'école a déjà trop élèves et qu'il a besoin d'avoir un uniforme scolaire.  Quand Jane le dit a son mari Charles (Tony Kgoroge), qui travaille pour le gouvernement à Nairobi, il lui conseille d'être prudent.
La journée suivante, comme Jane vient de raccroché suite à un appel frustrant avec M. Kipruto (Vusi Kunene), Maruge réapparaître avec un uniforme improvisé. Jane est tellement émue par la persistance du Maruge qu'elle invite à s'asseoir dans la classe. Lorsque Maruge lui dit que sa vue n'est pas bonne, Jane le place à l’avant. Maruge et les enfants ont une connexion immédiate.
Maruge est attentif, mais la moindre chose peut déclencher des souvenirs douloureux de son combat avec les Mau Mau qui ont résisté à la domination Britannique en 1953. Alfred se fâche contre lui pour ne pas avoir aiguisé son crayon, Maruge a une ventilation quand il se rappelle d’un incident traumatique qui a eu lieu pendant son emprisonnement.
Pendant ce temps le ressentiment, la controverse et la publicité augmentent. Jane est accusée de beaucoup de choses terribles y compris qu'elle est capitalisant sur la publicité gratuite du Maruge. Jane apprend rapidement qu'elle est transférée à une autre école qui est de 300 milles de distance.
Quand son remplaçant arrive, les enfants le rejettent  et elle sen fuit. Pendant ce temps, Maruge se rend à Nairobi pour affronter le Ministère de l'Éducation. Pour obtenir la réintégration de Jane et pour confirmer son droit à l'éducation, il montre au Conseil ses cicatrices, il a toujours âpres avoir été torturé par les Britanniques.
Maruge est dans le livre Guinness des Records pour avoir été la personne la plus âgée d’à aller à l'école primaire et il a parlé à l'Organisation des Nations Unies.  Il mourut en 2009.


Saturday, 11 June 2011

Le Nom des Gens / The Names of Love par / by Michel Leclerc

Ce deuxième long métrage de Michel Leclerc est une comédie sociale sur deux personnes qui forment une relation improbable. Bahia Benhahmoud (Sarah Forestier) est une jeune femme extravertie dans ses vingtaine, qui a développé une approche unique à la «conversion» l'opinion politique de ceux qui sont à droite. Elle dort avec eux. Elle est le produit d'un père Algérien et d'une mère radical «école 68.»
Arthur Martin (Jacques Gamblin) est de l'âge moyen et un scientifique de l'environnement. Son nom à elle est unique, mais celle de lui a près de 15 million d’entrées dans l’annuaire de téléphone. Il est toujours confondu avec un fabricant d'appareils électriques. Ses parents ont caché de lui l'origine Juive de sa mère, et que ses grand parents ont été tués durant l'Holocauste.
Le genre de l'humour utilisé pour transmettre le message apparaît comme en étant irrévérencieux, si on considère la nature des questions abordées : l'Holocauste, l'environnement, la droite par rapport aux politiques de gauche, etc.  Ce petit film charmant, infaillible et apprécier du public est un peu oubliable.

 The second feature film from Michel Leclerc is a social comedy about two people who form an unlikely relationship. Bahia Benhahmoud (Sarah Forestier) is a young extraverted woman in her 20s, who has developed a unique approach to ‘converting’ the political views of those who are right-wing. She sleeps with them. She is the product of an Algerian immigrant father and a radical ‘school of 68’ mother.
Arthur Martin (Jacques Gamblin) is a middle-aged environmental scientist. Her name is unique but his has nearly 15 thousand entries in the phonebook. He is always confused with a manufacturer of electrical appliances. His parents have kept hidden from him the Jewish origin of his mother and that her parents were killed during the holocaust.
The kind of humour used to deliver the message comes across as being irreverent if we consider the nature of the issues addressed: the Holocaust, the environment, right-wing versus left-wing politics etc.  This delightful and sure-fire crowd-pleaser is somewhat forgettable.


Friday, 10 June 2011

Segal Center and / et Dora Wasserman present / presente



{Added fact sheet June 18th 2011}  { Fiche ajouté le 18 Juin 2011}

International Yiddish Theatre Festival of Montreal


Festival International de Théâtre Yiddish de Montréal


Updated November 9th 2011: links added at end. / Mise à jour 9 novembre 2011 : liens ajoutés a la fin.


June 13th till 22nd 2011

at Segal Center for Performing Arts




Le 13 au 22 Juin 2011

 à Centre Segal des Arts de la Scène

As an initiative of The Dora Wasserman Yiddish Theatre, the 2nd annual “International Yiddish Theatre Festival of Montreal” will be bringing together over 100 artists from a dozen countries. A unique festival that is mandated is to preserve and promote Yiddish culture and language. This multidisciplinary festival will feature over 30 world-class events. Montreal’s Segal Center for the performing arts will be host to theatre, cinema, symposiums, concerts, cabarets, lectures and workshops. On Sunday, June 19th from 1 until 5pm, yiddishkeit will fill the air with music, storytelling, jugglers, clowns and lots of other fun activities, in The Mackenzie King Park, opposite the Segal Center. Called Zumerfest it will be a day for the whole family. Knowing how to speak Yiddish is not a prerequisite as events will also presented in English or French and if not there will be supertitles for theatre (subtitles for cinema) in English or French. The symposiums (the 16th and 17th) will feature seasoned and emerging academics who shed light on past, present and future of Yiddish Theatre. Many topics will be covered including Women and Yiddish Theatre, crosscurrents between Yiddish and European Theatre and touching on parody, burlesque and the many languages found in Yiddish Theatre.

Présenter comme une initiative du Théâtre Yiddish Dora Wasserman, la 2e annuel «Le Festival International Yiddish Théâtre de Montréal » va être rassemble plus de 100 artistes d'une douzaine de pays. Un festival unique qui a le mandat est de préserver et de promouvoir la langue et la culture Yiddish. Ce festival multidisciplinaire mettra en vedette plus de 30 événements de calibre mondial. Le Centre Segal de l’art de la Scène sera l'hôte de théâtre, cinéma, colloques, concerts, cabarets, conférences et ateliers. Le dimanche 19 Juin de 13h à 17h, yiddishkeit comblera l'air avec musique, contes, jongleurs, clowns et beaucoup d'autres activités amusantes, dans le parc Mackenzie King, juste en face du Centre Segal. Appelé Zumerfest, il sera un jour pour toute la famille. Sachant comment parler Yiddish n'est pas une condition préalable comme événements seront également présentés en anglais ou en français, et il aura des surtitres pour le théâtre (sous-titres pour le cinéma) en Anglais ou en Français. Les symposiums (le 16 et 17 Juin) mettra en vedette des universitaires chevronnés et émergentes qui nous éclairent sur le passé, présent et futur du Théâtre Yiddish. De nombreux thèmes seront abordés dont des femmes et le Théâtre Yiddish, croisements entre Yiddish et théâtre Européenne et touchant à la parodie, burlesque et les nombreuses langues qu’on trouve dans le Théâtre Yiddish.

For information, programming and schedule:

Pour information, la programmation et l’horaire:



 Segal Centre (metro Cote St Catherine)

Links to 2nd Annual Yiddish Theatre Festival postings / Liens vers les attestations pour le 2e Festival annuel du Théâtre Yiddish




Wednesday, 8 June 2011

Dans Un Monde Meilleur / Haevnen

Susanne Bier

                                          Réalise par / Direkte ved Susanne Bier

 Le titre Danois «Haevnen» signifie vengeance. Ce dernier film du réalisateur est un drame humain puissant et émotionnellement touchant sur la façon de traiter les brutes et questionne la justification de la vengeance.
Christian est le petit nouveau à l'école. Son père, Claus, vient d’emménager de Londres à cette ville Danoise côtière et idyllique. Christian et Claus ont de la difficulté à faire face à la mort récente de leur mère/épouse dus au cancer.
Lorsque Christian est introduit dans la classe, l’enseignant lui fait s’asseoir à côté d'Elias, un garçon à maniérées douces qui est souvent victime d'intimidation. Ses parents, Anton et Marianne sont séparés et il a un frère cadet. Anton est un médecin Suédois qui traite les victimes d'un chef de guerre sadique dans un camp de réfugiés Soudanais. La plupart des victimes sont des femmes.

Après l'école, Christian et Elias marchent ensemble. Elias s’aperçoit que ses pneus de vélos ont été dégonflés. Christian commence à faire de même avec les autres vélos. Le brute de l’école se présente et commence à menacer Elias et Christian. Par la suite, cela conduit à la brute à être hospitalisé. Christian l’a frappé avec une pompe à vélo et aussi lui menace avec un couteau. Christian donne le couteau à Elias, qui le cache. Les deux garçons mentent à la police au sujet de l'incident.
Un jour le chef de guerre arrive dans le camp de réfugiés et de la demande qu'il soit traité pour sa jambe blessée. Anton est confronté par un dilemme: est qu’il accepte de le soigner et dans quelles conditions? 
À la maison au Danemark, Anton est dans le parc avec ses deux fils et Christian. Son plus jeune fils entre dans une bagarre avec un autre garçon et Anton tente de le diviser. Le père de l'autre garçon, qui est un mécanicien, gifles Anton au visage et lui dit ne pas de toucher son fils.
Elias et Christian sont contrariés par le refus d’Anton de prendre des mesures contre le mécanicien.  En fait, ils se sentent gênés. Christian entretien Elias de se venger en  bombardant de véhicule de mécanicien. Lorsqu'ils se mettre à couvert, Elias s’aperçois deux coureurs s'approcher. Elias se dirige pour les avertir. Les coureurs sont sauver du danger mais Elias se retrouve sans connaissance. Lorsque Christian essaie de visiter Elias à l'hôpital, mais Marianne (la mère d’Elias) lui refuse de le laisser rentre en disant qu'il est un meurtrier.
Affolée, Christian se rend à un toit, désireux de sauter, mais le père d’Elias le sauve.
Un film puissant qui montre comment vengeance peut exiger un coût lourd et qu'il est souvent plus prudent de laisser les choses se passent.


In a Better World / Haevnen

Susan Bier

 

                                                 Directed by / Direkte ved Susanne Bier

The Danish title “Haevnen” means revenge. Director’s latest film is a powerful and emotionally touching human drama about how to deal with bullies and is revenge ever justified.
Christian is the new kid in school. His father, Claus, has just moved from London to this idyllic Danish coastal town. Christian and Claus are having difficulty in coping with the recent death of their mother/wife due to cancer.
When Christian is introduced to the class, the teacher has him sit beside Elias, a mild-mannered boy who is frequently bullied. His parents, Anton and Marianne are separated and he has a younger brother. Anton is a Swedish doctor who treats victims of a sadistic war lord in a Sudanese refugee camp. Most of the victims are women.
After school, Christian and Elias walk together. Elias notices that his bicycle tires have been deflated. Christian begins to do the same with the other bikes. The school bully shows up and begins to threaten both Elias and Christian. This subsequently leads to the bully being hospitalised. Christian hit him with a bicycle pump and also threatened with a knife. Christian gives the knife to Elias, who hides it. Both boys lie to the police about the incident.
One day the war lord arrives at the refugee camp and demands that he be treated for his wounded leg. Anton is faced with a dilemma: Does he agree to treat him and under what conditions?
At home in Denmark, Anton is in the park with his two sons and Christian. His younger son gets into a scuffle with another boy and Anton attempts to break it up. The other boy’s father, who is a mechanic, slaps Anton in the face and tells him not to touch his son.
Both Elias and Christian are upset by Anton’s refusal to take action against the mechanic. They actually feel embarrassed. Christian talks Elias into taking revenge by bombing the mechanic’s vehicle. When they take cover, Elias notices two joggers approaching. Elias runs to warn them. The joggers are saved from harm but Elias ends up unconscious. When Christian tries to visit Elias in the hospital, Marianne (Elias’s mother) refuses to let him in saying that he is a murderer.
Distraught, Christian goes to a rooftop, desiring to jump, but Elias’s father rescues him.
A powerful film that shows how revenge can exact a heavy cost and that it is often more prudent to just let things go.